Programmes de 1er cycle

Les programmes de philosophie de l’Université de Montréal visent à doter les étudiants d'une connaissance approfondie des thèmes essentiels et des formes principales de l'interrogation philosophique.

À partir des acquis de son histoire, la philosophie permet de développer une conception intégrée de la culture humaine, en même temps qu'elle forme aux méthodes d'analyse et à la réflexion critique.

 

 

 

Structure des programmes

Le Département propose 4 axes d'enseignement et de recherche constituant les assises de chacun des programmes, soit :

  • les bases historiques de la philosophie
  • la philosophie du langage et des sciences
  • la philosophie continentale contemporaine
  • l'éthique et la philosophie politique

Plusieurs programmes s’accompagnent de l’apprentissage (souvent en cours à option) de l’une des langues majeures de la tradition philosophique :

  • Grec ancien
  • Latin
  • Allemand
  • Italien
  • Chinois
  • Anglais

Consultez le guide étudiant du Département de philosophie.

Perspectives d’emploi

L’étudiant en philosophie ne reçoit pas une formation professionnelle à proprement parler, mais une formation générale axée sur l’analyse – et ses méthodes – et la réflexion critique. Il acquiert une rigueur dans l’expression écrite et orale et une solide capacité d’adaptation, en plus d’aiguiser son esprit critique et son sens de l’originalité.

On retrouve des diplômés en philosophie occupant des postes dans une variété de domaines, dont :

  • Le journalisme
  • La communication
  • L’administration publique
  • La politique
  • La diplomatie
  • L’éducation

Selon la plus récente enquête du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, La Relance à l’université, moins de 40 % des étudiants de 1er cycle en philosophie se tournent vers le marché du travail dès la diplomation.

Parmi ceux qui s'y engagent, 83 % trouvent un emploi faisant davantage appel à leurs habiletés intellectuelles qu’à leurs connaissances en philosophie. Ainsi, l’acquisition de compétences dans une autre discipline (journalisme, communication, etc.) peut aussi s’avérer profitable et contribuer à diversifier ses possibilités d’emplois.

En général, plus de 60 % des détenteurs d’une maîtrise en philosophie œuvrent dans un domaine en lien direct avec leur formation, et moins de 3 % d’entre eux sont en situation de recherche d’emploi.